Archive by Author

Patrick Bouchain – Livre – LE POUVOIR DE FAIRE (réf. AMC)

7 fév

le-pouvoir-de-faire-jack-lang-patrick-bouchain

Le Pouvoir de faire est réjouissant. Et c’est un livre que tous les politiques et les architectes devraient s’empresser de lire.

En conteur hors pair, Patrick Bouchain raconte dans Le Pouvoir de faire sept histoires issues de sa longue et intense ­collaboration avec Jack Lang. Loin de vouloir dresser un panégyrique d’un homme de pouvoir, ces textes, en plus de constituer un témoignage sur la périod mitterrandienne, dévoilent la mise en place de ­processus qui rendent possible le passage d’une idée à sa réalisation. Déjouer le fonctionnement habituel de la commande publique devient un jeu d’obstacles et les contraintes, des occasions. Comme le souligne l’auteur, « avoir les moyens est une chose, savoir prendre le risque et la responsabilité en est une autre ». Qu’il s’agisse de la création de l’Ecole nationale supérieure de création industrielle-Les Ateliers, de la réhabilitation du jardin des Tuileries, ou de la mise en place d’un atelier public d’architecture et ­d’urbanisme à Blois, ces exemples prouvent qu’il est possible de faire autrement et d’y arriver. Un vrai message d’optimisme en ces temps désenchantés, qui débordent pourtant de « possibles ignorés ».

 

  • Le Pouvoir de faire
    Jack Lang, Patrick ­Bouchain, Clotilde Meyer
    Éditions Actes Sud, coll. Domaine du possible, 112 p., 19 €
 lien: https://www.amc-archi.com/article/passage-a-l-acte-les-recettes-de-patrick-bouchain-livre,6276#xtor=EPR-1&email=barbierbarton@gmail.com

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

Architecture brutaliste en sculptures de sable par Calvin Seibert

22 nov

calvin-seibert

Building « sandcastles » is a bit of a test. Nature will always be against you and time is always running out. Having to think fast and to bring it all together in the end is what I like about it.
I rarely start with a plan, just a vague notion of trying to do something different each time. Once I begin building and forms take shape I can start to see where things are going and either follow that road or attempt to contradict it with something unexpected.
In my mind they are always mash-ups of influences and ideas. I see a castle, a fishing village, a modernist sculpture, a stage set for the oscars all at once.
When they are successful they don’t feel contained or finished. They become organic machines that might grow and expand. I am always adding just one more bit and if time allowed I wouldn’t stop.

 

lien: My « Sand Castles »

the largest air-purifier in the world

20 mai

Dutch designer Daan Roosegaarde has launched a Kickstarter campaign to fund what he describes as the largest air-purifier in the world (+ movie).

The designer’s aim is to create pockets of clean air in cities that suffer from hazardous levels of pollution, in the hope that this will lead to entire urban areas becoming smog free.

Smog Free Project Live by Studio Roosegaarde

 

 

Smog-Free-Project-Live-by-Studio-Roosegaarde_dezeen_468_6

Daan Roosegaarde’s pilot Smart Highway is a Dutch road illuminated with solar power

SUR-FAKE par Antoine Geiger

12 nov

SUR-FAKE« Surfake, et la lumière fût. »
2_670

Omniprésent : il est partout. Dans votre poche, votre voiture, votre
appartement, votre rue.
Omnipotent : il est votre meilleur compagnon, vous y mettez tous
vos potes, vos bons sentiments et vos photos de vacances.
Omniscient : véritable couteau suisse du 21e siècle, sans lui on est
tous foutus.
L’écran est devenu une véritable extension biologique, au quotidien.
Par la technologie, l’humanité s’est éloignée de l’animal pour mieux
se rapprocher de la plante. A la différence que l’homme est une
plante mobile.
On s’est enraciné dans notre modernité. De plus en plus dépendants
de sources extérieurs d’énergies, on est reliés, connectés de partout.
A force de mondialisation on fini par chercher nos racines. On
branche notre mobile et nous voilà a nouveau greffer à notre
cailloux. Malgré la sédentarisation des modes de vie occidentaux,
subsiste le rêve d’un nomadisme effréné.
LA FUITE :
Alors on s’échappe.
Mieux que ca, on se projette.
C’est comme au cinema or cette fois ci ca parle de vous.
On appui sur un bouton, l’écran s’allume, et c’est comme si le monde
physique se mettait en stand-by.
Le spectacle peut commencer.
En fin de compte on ne s’échappe que de nous même.
Et puis on devient curateur de nos propre vie. Induisant qu’elle a un
quelconque intérêt, on se réfugie dans un certain nombre de
comportements plus curieux les uns que les autres.
L’écran fonctionne comme une clope, une recharge de Ventoline ou
une bouteille d’eau fraiche. Il est de l’ordre du reflex, du sous-jacent,
de la norme. Il apaise la conscience, il la stimule, l’ordonne,
l’assouvie.
Vous n’avez pas le bras assez long pour votre ego, pas de problème
le selfie stick est là. Et voilà comment les identités se meuvent en une
somme de traductions génériques d’un sentiment commun. Un
alliage mouton/tournesol qui n’embête personne. L’écran de plus en
plus plat, de plus en plus invisible et pourtant de plus en plus proche
du miroir de tant de fragiles existences qui, en croyant s’ouvrir au
monde, le font passer par un entonnoir teinté type filtre Instagram.
Bienvenue dans la sub-culture de masse.
Le petit objet anodin qui ronronne dans votre sac quand on vous
appel, qui pleur quand il n’a plus de force, quelle place occupe-t-il
pour vous ? La sur-face, lisse, rassurante, devient sur-fake. Cette inter-
face polymorphe (et pour cause) se transforme en un dialogue entre
vos névroses et vos psychoses. Qui est qui dans l’histoire ? L’écran
incarne peut être une partie de nos vies, et avec quel talent, il est
bientôt plus vrai que notre propre ‘carne’.
Alors. Drôle de plante que l’homme, qui se substitue a lui même
dans un curieux de match de ping-pong avec les pixels qui s’affolent
comme une nuée de moucherons.

lien: « http://antoinegeiger.com/filter/photo/SUR-FAKE »

Diamond Nights

21 déc

L’artiste photographe Beth Moon, nous livre cette magnifique série photographique baptisée « Diamond Nights »

C’est au Botswana et plus particulièrement dans le désert du pan de Makgadikgadi que Beth Moon a photographié ces magnifiques baobabs…

(source : journal du design)

DNLyra

Lien: www.journal-du-design.fr/art/diamond-nights-par-beth-moon-53676/

 

Paris Tree Shadows – Michael Wolf

5 nov

Un instant Photographique  : Paris Tree Shadows – Michael Wolf

paris_tree_shadows-michael_wolf-4-590x883

 

Lien:  http://www.aa13.fr/photographie/paris-tree-shadows-michael-wolf-42273

La France défigurée: « Faut-il pendre les architectes? » (France Inter)

20 sept

tour-montparnasse-from-the-eiffel-tower-16-august-2006-russavia

A écouter, une émission de Service public sur La France défigurée : »faut-il pendre les architectes ? » , avec Edouard François, Marie-Hélène Badia et Philipe Tretiak.

Maison modulable été-hiver à Téhéran (core77)

10 août

SharifiHouse-Lead

« You’ve gotta love a house that comes with instructions. The newest project from Iranian design group nextoffice scales up the the space-saving technique behind the Murphy bed and enhances it with a bit of Hogwarts-like whimsy. Their work on the three-floor Sharifi-Ha house in Tehran incorporates a series of semi-mobile rooms, which can be oriented to allow for extra space and sunlight.… »

Lien: Maison modulable été-hiver à Téhéran

Centre commercial à l’abandon transformé en aquarium ! (journal-du-design.fr)

6 juil

aquarium urbain

Cuisinier professionnel et photographe, Jesse Rockwell a découvert et immortalisé par quelques clichés, un lieu aussi inhabituel qu’incroyable. À Bangkok, un centre commercial abandonné suite à un incendie et dont le toit a été détruit par les flammes, abrite un éco-système étonnant.…

Lien: Centre commercial à l’abandon transformé en aquarium!

Metamorfósis Hong kong Série « Cocoon » – Peter Steinhauer (plataformaarquitectura.cl)

3 juin

cocoon hong kong

En 1994, una rutina técnica de construcción que se ha practicado en Hong Kong durante más de 100 años llamó la atención del fotógrafo Peter Steinhauer – y le ha costado casi una década de trabajo capturar este fenómeno urbano único. El andamio de bambú y los envoltorios de tela que fotografía sirven con el simple propósito de capturar los escombros de construcción, pero a simple vista se ven más como obras de Christo y Jeanne Claude, los artistas que han dejado su envoltura en nombrados edificios como el Reichstag en Berlin.

Lien: Arte y Arquitectura: Metamorfósis de Hong Kong documentado en la Serie “Cocoon”