Compte rendu de la Carte Blanche « Recyclage » spéciale Architect@Work: Atelier Novembre avec Marc Isappi le jeudi 23 septembre 2021.

8 oct

L’Atelier Novembre (novembre car l’agence a été créée ce mois-là) a été fondé en 1989 et très vite a œuvré dans le secteur culturel et scolaire.

Une Carte Blanche, c’est un peu l’angoisse de la feuille blanche… Marc Iseppi introduit ainsi sa présentation de quatre projets qui s’inscrivent dans la thématique bioéthique.
Dans le cas présent le recyclage n’est pas celui des matériaux mais celui des bâtiments dans le cadre d’une nouvelle destination.

L’étude de ce type de projet implique une introspection très fine de l’existant, de façon à comprendre parfaitement les logiques, la structure, la distribution etc. avant d’y insérer le programme demandé.

Le 104 à Paris : reconversion des anciennes Pompes Funèbres de la Ville de Paris qui dataient de la fin du XIXème siècle en lieu culturel. C’était une véritable « usine à deuil » avec une allée centrale en pente pour les convois d’abord à cheval puis motorisés. L’Atelier Novembre a été la seule équipe à proposer un parti basé sur la traversée de l’îlot depuis la rue Curial vers la rue d’Aubervilliers. La création d’un parking sur plusieurs niveaux, le nivellement de cette « rue intérieure » ont nécessité d’importants travaux structurels en sous-œuvre, alors que les bâtiments ont pu être aménagés plus simplement par plateaux. Les habitants du quartier se sont largement approprié ce passage devenu public, de part et d’autre les aménagements des bâtiments existants se prêtent à toutes sortes d’usages et d’événements culturels.

 

Mémorial du camp des Milles près d’Aix en Provence. Cette ancienne tuilerie a une histoire lourde car elle a été transformée en camp d’internement pendant la dernière guerre, des convois partaient pour Drancy puis l’Allemagne à partir de 1942. La tuilerie a rouvert juste après-guerre avant de fermer définitivement. C’est un vaste bâtiment en brique très austère, un lieu mémoriel, qui porte aussi le témoignage des nombreux artistes qui y ont séjourné et qui ont laissé l’empreinte d’une vie artistique réorganisée dans l’enfermement. Toutes les potentialités des trois ailes sont utilisées pour créer un parcours dans la totalité du bâtiment, y compris dans les fours et les anciens convoyeurs.

 

Bibliothèque -musée Inguimbertine à Carpentras, ancien Hôtel Dieu de la ville. L’originalité du programme consiste à croiser les livres et les œuvres d’art, les 2 fonctions sont imbriquées et communiquent entre elles. Des objets du musée sont disséminés dans la bibliothèque, les livres anciens présentés dans le musée sont également consultables, les salles de lecture sont ouvertes sur les cimaises du musée. Ce projet sera intégralement livré dans un an.

 

Pôle culturel de la Visitation à Thonon les bains. Réhabilitation et extension d’un ancien couvent des Visitandines, qui était promis à la démolition. L’architecte Maurice Novarina était intervenu pour une première rénovation dans les années 70’, il avait entre autres créé une large ouverture sur la rue, cette intention a été poursuivie en faisant pénétrer l’espace public à l’intérieur du site. Le cloître devenu atrium permet la distribution vers tous les bâtiments et leurs différents programmes, médiathèque, école de musique et de danse, et un auditorium.
L’ancienne vocation du bâtiment transparaît par sa typologie bien sûr mais également avec des traces, volontairement conservées telles que les sentences réparties dans les circulations. L’extension referme un angle tout en étant décollé des façades anciennes de façon à éviter tout pastiche.

 

Il paraît important de réfléchir à la réhabilitation des bâtiments existants qui portent en eux une histoire, un savoir-faire, et bien que leur transformation soit souvent complexe et onéreuse, leur offrir un nouveau cycle de vie. Ils s’inscrivent ainsi dans le passé mais aussi dans le futur, leur rénovation créent des passerelles.

Les commentaires sont fermés.